Camille and love
Vous êtes entrain de lire,

Le diabète gestationnel, oui mais c’est quoi ?

0

Le diabète gestationnel, oui mais c’est quoi ?

Diabète gestationnel

Le diabète, étant une personne à risque, j’ai eu le droit au fameux test du glucose que j’ai effectué à 26SA. Jusque là, toutes mes prises de sang sont alors bonnes, légèrement élevée à jeun mais dans les normes, j’y vais assez sereine. Le test en lui même n’est pas si catastrophique. J’ai entendu tellement de « on dit » que je m’attendais à passer les 2h les plus dures de ma vie.

La boisson en elle même n’est pas super bonne, mais elle passe ! Certes beaucoup sucrée. Mais c’est le but non ? J’ai eu la chance de l’avoir bien fraîche et je pense que cela à aidé. Au bout d’une petite heure, j’ai commencé à sentir les effets du sucre. Une sensation étrange d’avoir bu un verre de trop, une tête qui tourne, puis des bouffées de chaleurs et par la suite la nausées. Cette sensation n’a pas durée très longtemps, mais elle n’est pas vraiment agréable je vous l’accorde. Le reste du temps, j’ai eu l’impression d’avoir la tête dans les choux mais rien de plus. 
Les résultats tombent le soir même, en les lisant je me suis dis « Ils sont pas si mauvais ».  Mais lorsque la sage femme est venue quelques jours plus tard à la maison pour le rendez-vous mensuel, elle m’annonce que si, je suis bien positif au test et que je fais du diabète gestationnel. Etre enceinte n’est déjà pas tous rose chaque jours, de plus, suite à quelques petites complications je dois être un peu plus au repos et la, on m’annonce a 27SA qu’en plus je dois limiter mes plaisirs ! Il m’a fallut quelques jours pour accepter cette nouvelle. Même si elle n’est pas facile à digérer, il à fallut rapidement que ce soit prit en charge. J’ai donc appelé la maternité dans laquelle je dois accoucher afin de les prévenir, j’ai alors une endocrinologue au téléphone qui me demande dans un premier temps d’arrêter le sucre en attendant le rendez-vous que j’ai quelques jours plus tard.

Ce rendez-vous est constitué de trois professionnels, une infirmiere , un endocrinologue et une diététicienne. Chaque prise en charge sera différente, cela va dépendre de votre suivis, de l’endroit ou vous allez accoucher. Mais dans tous les cas vous verrez un endocrinologue. 
L’infirmière nous a d’abord expliqué comment fonctionne le lecteur glycémique, comment on se pique cet .. 
La diététicienne nous à alors longuement parlé du régime (même si je n’aime pas trop ce terme) mais j’y reviendrai dans un prochain post. 
L’endocrinologue nous à alors parlé du diabète gestationnel en lui même, des normes à avoir ect .. Mais du coup, 

Qu’est ce que le diabète Gestationnel ?

Il existe plusieurs types de diabètes, le diabète de type I, le diabète de type II et le diabète gestationnel. Les 3 formes de diabetes sont différentes. Ici nous allons uniquement développer le diabète gestationnel, ou comme certains disent « le diabète de grossesse ».
Selon la définition de l’OMS, « le diabète gestationnel est un trouble de la tolérance glucidique conduisant à une hyperglycémie de sévérité variable, débutant ou diagnostiqué pour la première fois pendant la grossesse.« 
Sous le terme de diabète gestationnel, on regroupe deux populations différentes :

  • les femmes qui ont un diabète méconnu et que la grossesse va révéler
  • les femmes qui développent un diabète uniquement à l’occasion de la grossesse, trouble qui disparaît le plus souvent après la grossesse.

Le diabète gestationnel est donc un trouble de la régulation du glucose (la Glycémie) ce qui entraine un excès de sucre dans notre sang (hyperglycémie). Ce type de diabète n’est pas anodin. Il peut entraîner une risque pour la maman mais également pour bébé. 

Quels sont les symptômes de ce diabète ? 

Le diabète gestationnel peut passer inaperçu, être asymptomatique (sans symptômes) ou présenter des symptômes similaires à ceux des autres types de diabète : soif intense, mictions (urines) fréquentes et abondantes, fatigue importante…

Quels sont les risques pour nous deux ? 

Le risque le plus important pour votre bébé, c’est la macrosomie, c’est à dire un poids de naissance trop important, supérieur à 4 kg, qui entraîne un accouchement difficile et des complications comme la dystocie des épaules. D’autres complications sont possibles comme la détresse respiratoire, l’hypoglycemie néonatale mais aussi un risque de développer plus tard un diabète. 

Pour la future maman, le risque le plus important est la pré-éclampsie ou toxémie gravidique (associant hypertension artérielle, œdèmes, prise de poids rapide). D’autres complications sont possibles comme l’accouchement par césarienne, le risque de développer un diabète aprés l’accouchement, et un accouchement prématuré. 

Comment est diagnostiqué le diabète ? 

Tous d’abord un premier test de glycémie est effectué à jeun au premier trimestre pour détecter un diabète de type 2 antérieur à la grossesse et passé inaperçu jusqu’ici. Puis, on réalise un second test appelé HGPO (Hyperglycémie provoquée par voir orale) à 75g de glucose, entre la 24e et la 28e semaine d’aménorrhée. Si une seule valeur de glycémie au delà des seuils définis (0,92g/L à jeun; ou 1,80g/L 1h après la charge orale en glucose ; ou 1,53g/L 2h après) suffit à diagnostiquer un diabète gestationnel. 

Quels sont les différents traitements pour ce diabète ? 

Lorsque vous aurez les résultats et qu’ils sont positifs au test de la glycémie ou du HGPO, vous allez avoir plusieurs rendez-vous avec différent médecins (Endocrinologue – Diététicienne) Prescrit par votre médecin, vous aurez alors un appareil à glycémie. A l’aide de ce lecteur de glycémie vous allez mesurer votre taux de glycémie 4 à 6 fois par jour. C’est ce qu’on appelle l’autosurveillance. En fonction des résultats obtenus, vous pourrez dans certains cas, si les mesures hygiéno-diététiques ne suffisent pas, vous voir prescrire des injections d’insuline afin d’obtenir des glycémies dans les objectifs. Vous aurez aussi une prise en charge diététique personnalisée, avec une répartition de la prise de glucides au cours de la journée (3 repas, 2 collations), en privilégiant les éléments à faible index glycémique (qui font peu monter la glycémie). La prise de fibres est également importante car elles ralentissent l’absorption des glucides et donc le pic d’hyperglycémie post-prandiale c’est à dire après le repas.
Si votre diabète est plutôt bien équilibré, vous n’aurez pas un suivi de grossesse très différent des femmes non diabétique avec une échographie supplémentaire en fin de grossesse afin de vérifier le poids du bébé. Si par contre votre diabète n’est pas équilibré, vous aurez certainement des examens supplémentaires. Mais ils seront effectués au cas par cas en fonction de votre grossesse. 

Et l’accouchement ? 

Si bébé va bien, qu’il n’est pas trop gros un accouchement normal est alors privilégié. Si bébé est un peu trop gros vous aurez alors recours à une césarienne, elle peut être programmée ou non. Du plus, un déclenchement est possible si lors de votre suivis on estime bébé avec un poids supérieur à 4.200kg et que votre diabète est déséquilibre. Dans la mesure du possible, le déclenchement n’est pas effectué avant 39SA. J’ai bien dis, dans la mesure du possible. 

Et le suivis ? 

Pour ma part,
j’ai à la maison le lecteur de glycémie. Pour commencer je dois effectuer 4 glycémie par jour. La première à jeun en me levant, la deuxième 2h après avoir commencé à manger mon petit-déjeuner, la troisième 2h aprés avoir commencé à manger le repas du midi et la dernière pareil pour le repas du soir. Ces surveillances sont bien entendu noté dans un carnet mais aussi dans une application qui est directement relié à mon endocrinologue. Ainsi elle peut voir les résultats en direct. J’y note mes glycémies et mes repas afin de voir ce qui est bien ou non. 
Bien sûr côté alimentation je dois faire attention, mais chaque personne est différente et le corps n’aura pas les mêmes effets en fonction des aliments que l’on mange.

En peu de temps, je me suis déjà aperçue que la farine blanche classique me fait monter la glycémie en flèche comparait à la farine complète. Et qu’au contraire, un filet de sirop d’agave ne change pas grand chose alors que pour d’autre, le corps peut ne pas l’accepter. 

Dans une quinzaines de jours je revois mon endocrinologue afin de faire un point avec elle sur mon alimentation et mes taux. En fonction des résultats, elle mettra en place ou non un traitement par insuline. 

Lors des rendez-vous suivant, l’endocrinologue vérifia mes glycémies via l’application. Quelques échanges sur l’alimentation, sur mon hygiène de vie et les rendez-vous se sont arrêté à ça. En effet, vu que seule la glycémie du matin a jeun est élevée mais pas trop non plus, pas besoin d’Insuline. Je dois bien sur continuée à faire attention à mon alimentation.

Et après l’accouchement ?

Après l’accouchement, une diététicienne est venue dans la chambre de la maternité afin de faire un point ensemble sur mon hygiène de vie. Etant un peu en surpoids déjà, il m’est fortement conseillé de continuer à limiter la prise de sucre. J’ai une prise de sang à faire 3 mois aprés l’accouchement afin de vérifier mon taux de glucose. Se taux déterminera si mon diabète restera un diabète gestationnel ou si malheureusement il me poursuivra quelques années encore voir même à vie. Bien sur je n’ai plus de suivi ! Terminé les piqures le matin à jeun. A moi de gérer mon alimentation comme je le souhaite.

Tout au long de ma grossesse est encore maintenant, j’ai énormément suivie le blog de Megalowfood. Un blog de recettes à IG bas qui m’aide à rester équilibrée avec des recettes plus que excellente !

Et vous, avez-vous déjà fait du diabète gestationnel ? Un retour d’expérience est le bienvenue !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *